Interview : Antoine Trarieux – expert de l’eCall public

Antoine  Trarieux, Directeur des Services Connectés Automobile chez IMA, expert des services télématique depuis 10 ans.

[OptevenLab] :L’eCall et le Syndicat National des sociétés d’assistance (SNSA), c’est une longue histoire ?
[Antoine Trarieux] : Effectivement, le SNSA s’est positionné dès le début du projet comme un acteur crédible sur le sujet. Plusieurs assisteurs traitaient déjà des appels d’urgence pour le compte de constructeurs. La compétence existait donc et le SNSA a su convaincre l’Etat de lui confier cette mission. Par une délégation de service public, l’Etat a confié en février 2017 au SNSA  le traitement des appels eCall pour une durée de 7 ans.

[OptevenLab] :On entend parler d’eCall privé ou public, pouvez-vous nous rappeler quelle est la différence ?
[Antoine Trarieux] : Au 1er avril 2018, c’est le lancement officiel du dispositif eCall paneuropéen qui démarre, c’est-à-dire l’obligation pour tous les nouveaux modèles de véhicules légers d’être équipés d’un service d’eCall gratuit pour les conducteurs et les passagers des véhicules. En France, l’Etat a confié au SNSA le traitement des appels eCall 112 ou eCall public. Ce service sera donc gratuit pour les  automobilistes .

Des systèmes d’eCall privés existent également  depuis une quinzaine d’année et continueront à être proposés après le 1er avril 2018 par les constructeurs. Ce sont les eCall dits  » TPS eCall  »  dont le traitement (filtrage orientation) est assuré par des  opérateurs  de service tiers.

 

[OptevenLab] :Quel sera donc le panorama des véhicules équipes de eCall après le 1er avril 2018 ?
[Antoine Trarieux] :

  • Pour les véhicules non soumis à homologation (dont la version a été lancée avant le 1er avril 2018), l’eCall TPS continuera. En tant qu’option sur certaines marques ou certains modèles.
  • A compter du 1er avril 2018, tous les nouveaux modèles de véhicules devront proposer un service d’eCall.
[OptevenLab] :Quel sera le type d’eCall pour ces derniers véhicules ?
[Antoine Trarieux] :Le ECall 112 doit pouvoir fonctionner sur tous les véhicules, les appels seront reçus en France par le SNSA.

Le constructeur pourra aussi  proposer à ses clients un eCall TPS  et aura alors le choix de la plateforme destinataire des appels d’urgence, qu’ils soient automatiques ou manuels. Mais à tout moment,  le client pourra demander à  revenir  vers l’ eCall 112.

[OptevenLab] :Dans le cas où le constructeur veut ajouter des services comme de la conciergerie, l’assistance (bcall) en cas de panne, peut-il utiliser le même bouton ?
[Antoine Trarieux] : C’est possible en TPS eCall mais ce  n’est pas préconisé car cela crée de la confusion pour l’utilisateur et parce que pour les véhicules soumis à l’homologation à partir d’avril 2018, le constructeur ne pourrait répondre à son obligation de libre choix pour le consommateur.

En effet, le consommateur peut toujours demander à ce que le eCall de son véhicule soit paramétré vers le eCall 112 public, c’est-à-dire vers la plateforme du SNSA qui ne peut recevoir que des appels d’urgence.

 

[OptevenLab] :Dans le cas d’un véhicule en location longue durée, où aboutira l’appel eCall ?
[Antoine Trarieux] : Comme dans les autres cas, l’eCall public  sera routé vers la plateforme du SNSA pour déterminer  le niveau d’urgence et orienter le traitement du eCall vers les services de secours ou vers l’assisteur de l’assureur du véhicule. Si le véhicule est doté d’un 2ème bouton bCall, les demandes sont reçues pas l’assisteur du Constructeur

Les loueurs longue durée pourraient ajouter leur propre dispositif de bCall (assistance connectée) en complément. A ce moment-là, ce serait la communication et la perception du service par le conducteur qui orienterait le trafic des bCall.

 

[OptevenLab] :Quels gains peut-on attendre du service eCall ?
[Antoine Trarieux] : L’appel d’urgence par la géolocalisation, la détection automatique, va accélérer l’intervention des secours. Néanmoins, on ne peut que constater que le déploiement sera lent. On estime à 250 000 le nombre de VL  neufs de nouveau type sur 2018.

NDLR : 2% des véhicules sont déjà équipés de eCall. On estime qu’en 2025, une voiture sur 2 du parc automobile français sera équipée du eCall.

 

Retrouver Antoine Trarieux sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=5QGPxWH63Ww