Edito : Les deux pieds dans la mobilité douce

On y est ! La mobilité douce est partout. Elle porte différents noms selon les pays, les villes ou mêmes les domaines : écomobilité, mobilité durable, mobilité douce, transports doux… Mais quelle que soit l’appellation, on parle bien de ces innovations révolutionnant les modes de transport pour un environnement plus sain et plus sûr.

Fin des années 90, les villes commençaient petit à petit à aménager des pistes cyclables dans l’environnement urbain. Au départ, peu utilisées, elles sont aujourd’hui indispensables pour le déplacement quotidien de nombreux citadins. Certaines grandes villes pensent désormais au 100% cyclable. On parle même d’autoroutes pour vélo, déjà courantes dans les villes pionnières européennes comme Amsterdam ou Copenhague.

Bornes à vélos en libre-service, tramway, stations de rechargement de véhicule électrique… Le paysage de nos villes s’adapte aux nouveaux types de mobilité douce. Cette transformation va de pair avec l’aspect sociétal. C’est une véritable prise de conscience qui est en train de s’opérer. On pense désormais bien-être, praticité, santé de l’humain et de l’environnement. Le « biclo boulot dodo » permet un meilleur épanouissement que le « métro boulot dodo ».

L’écomobilité comprend également d’autres solutions de transports durables comme le véhicule partagé, le covoiturage, la multimodalité, la location de voiture électrique etc… Que ce soit pour des raisons écologiques ou économiques, ce type de mode de vie devient global avec l’écocitoyenneté, le coworking ou encore le télétravail.

C’est donc en toute logique que nous avons choisi le thème de la mobilité douce pour notre nouvelle newsletter, la première de l’année 2019. Découvrez des articles sur les dernières innovations en France et à l’international, ce qu’en dit la loi ou même un test d’une trottinette en libre-service !

On vous souhaite une douce lecture !