Free-floating – La nouvelle tendance en ville

Depuis plusieurs mois maintenant, de nouvelles start-ups s’implantent dans les villes européennes. Voitures, scooters, vélos et maintenant trottinettes, le free-floating prend de l’ampleur.

Le concept

Le free-floating peut se traduire littéralement par « libre flottant », où un véhicule peut être utilisé sans avoir besoin de trouver une station ou une borne pour le déposer. Concrètement, vous prenez votre trottinette, roulez avec, et la laissée devant votre domicile en attendant qu’un autre utilisateur la prenne et ainsi de suite.

Pour trouver votre véhicule, il suffit d’installer l’application mobile dédiée sur votre smartphone et de vous géolocaliser. Ainsi vous pourrez trouver votre moyen de transport le plus proche de vous et le déverrouiller grâce à votre mobile.

Le développement

De nombreuses start-up se sont donc lancées et ont envahi les villes européennes en déposant dans la rue des vélos ou des trottinettes. oBike, Ofo, Lime ou Bird se sont déjà implantés à Paris et dans plusieurs grandes villes en France. L’enthousiasme est tel, que le développement ne cesse de croître depuis plusieurs mois maintenant, même si certaines villes prennent quelques précautions et réfléchissent à des aspects réglementaires comme la gestion de la forte concurrence et celle de l’espace public et des trottoirs.

On peut aussi voir que Cityscoot, qui propose des scooters électriques est en passe d’atteindre son objectif de 2018, avoir déployer 6000 scooters à la fin de l’année 2018. Et les ambitions ne s’arrêtent pas là, l’entreprise veut atteindre les 10 000 scooters fin 2019 et accroître sa présence dans les villes européennes.

Ainsi, ces véhicules « libres » n’en sont qu’à leurs débuts. La start-up Ofo qui propose des vélos en free-floating a fait deux levées de fond pour aider dans sa croissance. La première de 700 millions de dollars en 2017 et la seconde de 866 millions de dollars en 2018. La société souhaite proposer un service toujours plus qualitatif et des vélos plus robustes.

Les limites

La robustesse des véhicules, la principale limite de ce service. Tous les véhicules subissent des actes de vandalisme : vol de selle, casse, dégradation … Les utilisateurs ne les épargnent pas et face à la recrudescence des ces actes non civilisés, certaines start-up sont dans l’obligation de cesser leurs activités, à l’image de Gobee.bike, qui a quitté la France en mars de cette année.

Dans une ère où la tendance se dirige vers le free-floating en masse, le marché n’en est qu’à son début et de nombreuses évolutions verront le jour durant les prochains mois. Reste à éduquer les utilisateurs pour partager la voie et les trottoirs pour que tout le monde soit en sécurité.

0 replies on “Free-floating – La nouvelle tendance en ville”