Interview de Marie-Frédérique Germain, directrice du marketing et du digital chez Arval

Marie-Frédérique Germain, pourriez-vous nous présenter en quelques mots votre parcours et votre poste chez Arval ?

Je suis directrice du marketing et du digital chez Arval sur un segment de marché qu’on appelle chez nous le “retail”. Ce secteur couvre le marché des petits professionnels et le marché des particuliers. J’ai 20 ans d’expérience dans le monde du B to B to C, plus particulièrement dans le retail dans les secteurs des télécoms et de la distribution optique. J’y ai géré des chantiers complexes de digitalisation, de datas, de lancement de marque et de fidélisation. Chez Arval, mon objectif principal en tant que directrice marketing est de faire connaître la location longue durée, notamment aux particuliers – puisque c’est neuf chez nous, et de faire connaître la marque Arval.

 

Comment présenteriez-vous le leasing à un particulier qui n’aurait jamais entendu parler de ce concept ?

Je commencerais par préciser que, derrière la notion de leasing, se cache la notion de location longue durée avec option d’achat. Et c’est cette possibilité d’achat qui change tout, puisque lorsqu’on veut acquérir une voiture cela permet de commencer par rouler dans une voiture neuve de dernière génération avant de l’acheter. Cela permet aussi de pouvoir changer de véhicule selon ses envies et de bénéficier d’un contrat qui peut vraiment évoluer facilement, selon son propre usage réel (en termes de kilométrage notamment). Le leasing évite aussi les tracas liés à la revente de son ancien véhicule, puisque nous vous proposons de reprendre votre ancien véhicule pour le revendre. 

Il s’agit donc vraiment d’une solution qui simplifie la vie, et nous pensons chez Arval que conduire et acquérir sa voiture est aussi une affaire de plaisir. Le fait de pouvoir changer régulièrement de véhicule ouvre aussi l’accès à des motorisations de dernière génération, qui pollue moins, et à des systèmes de sécurisation dernier cri qui permettent de mieux se protéger. Le fait de changer régulièrement de véhicules présente donc de nombreux avantages du point de vue de la pollution et de la sécurisation. Cela évite aussi au moment de la revente de s’inquiéter au sujet de la recherche d’un acheteur ou de la disponibilité de ses fonds : tout passe par Arval. Nous offrons également de nombreux services associés à la location longue durée d’un véhicule, comment un service “pneus”, des services d’assistance et des services d’entretien, qui sont tous inclus dans le contrat. Donc d’un point de vue du budget, cela fonctionne exactement comment un forfait téléphonique : vous payez par exemple 250 € et tout est inclus dans ce montant. Vous savez donc précisément ce que votre voiture et son entretien vous coûtent. Il n’y a aucune mauvaise surprise.  

 

Selon vous, comment le leasing peut-il trouver sa place au sein des nouvelles mobilités multimodales et connectées ?

Je pense que le leasing a parfaitement sa place au sein des nouvelles mobilités multimodales et connectées. Concernant le marché des particuliers, j’irai presque jusqu’à dire que nous sommes déjà dans cette logique multimodale au sein même d’Arval, puisque nous proposons des offres de covoiturage, des offres d’autopartage et – bientôt – une offre de vélopartage. Nous sommes donc déjà pleinement inscrits dans ce mouvement là et nous aimerions le développer encore.  

 

Pensez-vous que le leasing a un rôle à jouer dans la mutation électrique du parc automobile français ?

Je pense que le leasing a un rôle majeur à jouer dans cette transition. La location longue durée permet en effet d’aider à l’adoption des véhicules automobiles électriques : en permettant aux particuliers de tester sur quelques mois ou quelques années les véhicules électriques, le leasing peut permettre de dépasser certaines appréhensions que les gens peuvent avoir à l’idée de s’engager complètement pour un véhicule électrique. Le leasing permet à tout un chacun de tester un véhicule électrique, comme un galop d’essai, puis de décider ensuite de poursuivre – ou pas – avec ce type de motorisation. Chez Arval, nous nous sommes d’ores et déjà associés avec des partenaires énergéticiens de premier plan dans le secteur de l’électrique (Edf et Engie) et nous proposons aussi la location de véhicules jusqu’à la borne de recharge (nous allons proposer à terme une solution sur l’ensemble du territoire). Nous sommes donc déjà bien avancés sur le sujet.

 

Quelle est votre vision pour le futur du leasing ?

Je pense que le leasing a une place importante dans le mode de consommation de la mobilité auprès des particuliers. Quand on observe des tendances sociétales aujourd’hui, on constate une peur de prendre les transports en commun et de se trouver nombreux dans un bus ou un train. Mais le leasing s’inscrit aussi dans une tendance qui consiste à consommer de l’usage plutôt qu’à acheter. Cette tendance est visible dans notre quotidien à tous, qu’il s’agisse de la téléphonie, de la télévision ou de la musique. Nous ne sommes plus dans des logiques d’achat mais dans des logiques d’abonnement, qui permettent de consommer un service plutôt que d’acheter un objet.  La voiture en LLD c’est exactement la même chose, cela s’inscrit dans la même tendance, mais pour l’automobile. Il est donc certain que le leasing aura un rôle important à jouer dans le futur, et peut-être même plus encore au regard de la situation sanitaire actuelle que nous sommes en train de traverser.